Le 30 janvier 2019–Le thème de la 5ème Conférence Internationale sur la Planification Familiale (CIPF), tenue à Kigali, au Rwanda, en novembre 2018 était « Investir pour des rétributions durables ». La conférence a été marquée par plusieurs présentations, sessions interactives et événements parallèles, abordant les  retours sur investissement significatifs générés par la planification familiale, depuis l’éducation à l’autonomisation, la croissance économique et la santé environnementale.

« Retours sur investissements dans la planification familiale et dividende démographique » était un axe thématique dédié à ce sujet dans le programme scientifique de la conférence, et a reçu un nombre record de résumés en comparaison à l’ICFP de 2016.

L’Institut Gates et ses partenaires ont organisé plusieurs activités sur le DD dans le cadre de l’ICFP, dont la Pré-conférence sur le DD, une Réunion ministérielle de haut niveau et des discussions en tables rondes à l’heure du déjeuner.

La Pré-Conférence sur le Dividende Démographique

La Pré-conférence sur le DD était co-sponsorisée par l’Institut Gates, le Population Reference Bureau (PRB), et le Ministère de la Santé de la République du Rwanda, avec le soutien du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), de la Banque mondiale et de la Commission de l’Union africaine. Les organisateurs attendaient 70 participants, mais en raison de la très haute demande et de l’intérêt manifesté pour le DD, 120 praticiens, responsables politiques et plaideurs y ont assisté.

La Pré-conférence sur le DD était une plateforme pour le partage de meilleures pratiques dans la mise en œuvre de politiques, de nouveaux outils pour mesurer les progrès en matière de DD, et d’approches de plaidoyer innovantes pour augmenter le soutien à la planification familiale volontaire chez les décisionnaires de différents secteurs, donnant ainsi aux participants les moyens de soutenir la réalisation du DD dans leurs pays respectifs.

Présentée par Benoit Kalasa, Directeur de la Division Technique du FNUAP, la pré-conférence sur le DD a été officiellement inaugurée par son Honorable le Dr. Uzziel Ndagijimana, Ministre des Finances et de la Planification Économique de la République du Rwanda.

Le FNUAP et la Commission de l’Union africaine ont co-organisé la session focalisée sur le partage d’ « Expériences innovantes autour des piliers clés du Dividende Démographique. » Cette session a mis en évidence les meilleures pratiques promouvant le développement du capital humain, améliorant la gouvernance et la redevabilité, mettant à profit le secteur privé et investissant dans les jeunes.

Supriya Madhavan (Banque mondiale) a dirigé la session « Outils récents pour la modélisation, la mesure et le suivi du Dividende Démographique », présentant le modèle Linkage (Banque mondiale), le modèle PF-ODD (Palladium/HP+), l’Atlas du Dividende Démographique (FNUAP), l’Indice des estimations infranationales (FNUAP) et la Scorecard du Dividende Démographique (Institut Gates).

Organisée par PRB et modérée par Ellen Starbird, Directrice du Bureau pour la Population et la Santé de la Reproduction de l’USAID, la session de clôture s’est focalisée sur « Le plaidoyer pour le DD entre différents secteurs : Messages efficaces sur le dividende démographique ». Cette session a mis en lumière différents projets, à savoir Four Dividends, présenté par Elizabeth Leahy Madsen (PRB) ; le Cadre narratif sur le dividende démographique (Demographic Dividend Narrative Framework), présenté par Eliya Zulu (Institut africain pour la politique de développement) ; DemDiv, présenté par Meshack Mollel (Pathfinder International, Tanzanie); et Genre et Dividende Démographique, présenté par Jay Gribble (Palladium/HP+).

 

L’autonomisation des femmes, thème focal de la Réunion ministérielle de haut niveau

La Réunion ministérielle de haut niveau a rassemblé des fonctionnaires et représentants des principales fondations et bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, ainsi que des participants de la Pré-conférence sur le DD. Parmi les 86 participants présents, 12 venaient de ministères, dont son Honorable le Professeur Nicolas Meda, Ministère de la Santé du Burkina Faso ; son Honorable Ernesto Pernia, Secrétaire de la Planification Socioéconomique des Philippines ; Marie Claude Bibeau, Ministre du Développement international du Canada ; 28 parlementaires de 19 pays, dont une délégation du Parlement rwandais ; et un grand nombre de représentants de fondations, dont la Fondation Bill & Melinda Gates ; d’organisations multilatérales telles que la Banque mondiale, l’OMS et le FNUAP ; ainsi que d’organisations bilatérales comme l’USAID. La réunion a été co-organisée par l’Institut Gates, PRB et le FNUAP.

La première session, sur le thème « Intégrer le DD dans les cadres de développement nationaux », était présidée par Annette Dixon, Vice Présidente de la Banque mondiale. La deuxième session, sur le thème « Investir dans les femmes et les filles pour galvaniser le DD de santé », était présidée par Julia Bunting, Présidente de Population Council.

Leçons clés de cette rencontre :

L’Afrique a toujours 1,8% de retard de croissance en raison de déficiences de développement humain, et le continent ne bénéficie toujours pas d’un dividende démographique. L’une des tendances les plus claires émergeant des données disponibles est que les pays dont les indices de fécondité sont les plus élevés ont parmi les taux les plus faibles de capital humain. Les pays classés en bas de l’Indice de Capital Humain pourraient plus aisément sortir de cette situation à travers l’autonomisation des femmes en leur donnant accès aux choix de planification familiale, à l’éducation et aux opportunités économiques. Par exemple, si le Nigeria réduit son indice de fécondité de 5,5 à 4,5 en investissant dans les femmes et les filles, cela pourrait contribuer à une croissance de 28% de son PIB dans les 32 prochaines années, ce qui permettrait à 53 millions de personnes de ne plus vivre sous le seuil de pauvreté.

Les partenaires du développement dans différents pays devraient travailler avec les gouvernements nationaux pour renforcer et aligner leurs systèmes d’éducation afin d’assurer l’apprentissage de TOUS les enfants. L’éducation est essentielle à la construction du capital humain, qui permettra aux personnes et aux pays de prospérer. De plus, ces interventions devraient être considérées de concert avec la réduction de la fécondité, permettant ainsi aux pays de bénéficier du dividende démographique, et d’augmenter leur PIB per capita, ce qui résulte d’une main d’œuvre qualifiée jeune et croissante. Bien qu’il soit crucial de reconnaître l’importance d’investir dans les premières années de la vie, dans l’éducation des filles, la protection sociale et la planification familiale comme faisant partie intégrante de la construction du capital humain et de l’accélération de la croissance économique, l’autonomisation des femmes demeure un point de départ irremplaçable pour grimper les échelons de l’Indice de Capital Humain et accélérer la trajectoire des pays pour récolter les fruits du dividende démographique.

 

Mesurer l’impact, maximiser les retours sur investissement : L’axe thématique du DD dans le programme scientifique de l’ICFP

À l’ICFP, l’axe thématique sur le dividende démographique a abordé les aspects complexes de la réalisation de retours sur investissement dans la planification familiale, et évoqué comment tirer pleinement profit du dividende démographique. L’ICFP 2018 a reçu 102 résumés individuels et 4 panels préformés pour cet axe thématique, une hausse remarquable depuis l’ICFP 2016, qui n’avait reçu que 16 résumés pour le thème équivalent.

Les sessions ci-dessous ont composé l’axe thématique du DD :

  • Maximiser les retours sur investissement dans la planification familiale à travers des approches intersectorielles intégrant la planification familiale, l’environnement et le développement en Afrique
  • Mesurer les rétributions durables : La planification familiale, le dividende démographique et les Objectifs de Développement Durable
  • Tour de table rapide sur l’application de modèles de dividende démographique pour le plaidoyer politique
  • Mesurer les impacts : la planification familiale, les grossesses non désirées, et le mariage d’enfants et de jeunes
  • Les approches nationales de l’élaboration du cadre d’investissement pour la planification familiale
  • Évaluer les coûts et les bénéfices de différentes approches de prestation de services en planification familiale
  • Accès équitable, investissements durables et bénéfices de développement : Investir dans la planification familiale pour des rétributions durables